HomeASPJ_FArticle Display
Air & Space Power Journal

Volume 04, Numéro 3, Automne 2013

View in English

Éditorial

Gouvernance et transition démocratique

Rémy M. Mauduit
 
Tout simplement, le concept de gouvernance décrit certaines formes d’interaction entre l’état et la société. La bonne gouvernance reconnaît l’intégrité, les droits et les besoins des personnes relevant de l’état. La gouvernance est un moyen de gérer le pouvoir et la politique, alors que le gouvernement est un instrument pour le faire.


Articles

Coalitions d’opposition et éviction démocratique des partis dominants africains
Enseignements à tirer des élections de 2002 au Kenya

Patrick O. Asingo, PhD 
 
Deux décennies après le début de la troisième vague de démocratisation, le paysage politique africain reste rempli de partis dominants, opérant dans le cadre d’un pluralisme ouvert. En fait, presque 17 pays africains restent dominés par les mêmes partis que pendant l’ère du parti unique. Certains de ces partis semblent être tellement bien établis ; même des élections relativement libres n’ont pu ébranler leurs bases politiques.


Mondialisation et initiatives commerciales dans le monde arabe
Contexte historique, progrès réalisés et perspectives d’avenir

Susan L. Sakmar, J.D., LL.M.  
 
Les forces de la mondialisation ont exercé une influence énorme au cours des deux dernières décennies mais, pour de nombreuses raisons, les pays arabes n’ont pas autant participé à la mondialisation que d’autres régions du monde. Alors que la plupart des régions du monde ont connu un accroissement considérable de leur commerce extérieur dans leur produit intérieur brut (PIB) entre 1980 et 2004, les pourcentages correspondants enregistrés dans la région arabe baissèrent en fait pendant la même période.


Le modèle afghan dix ans après
Une pertinence intacte

Colonel Géraud Laborie
 
Le 10 novembre 2001, les forces de l’Alliance du Nord capturaient Mazar-e-Charif, précipitant ainsi la chute du régime des Talibans un mois plus tard. À l’occasion de cette première victoire importante depuis le déclenchement de l’opération Enduring Freedom, le monde entier découvrait les images de combattants occidentaux à cheval au sein de la cavalerie du général Dostum. Ce témoignage de l’implication de forces spéciales aux côtés de l’Alliance du Nord soutenue par la puissance aérienne de la coalition allait donner naissance un an plus tard au concept de « modèle afghan », théorisé et popularisé par Stephen Biddle, chercheur de l’US Army War College.


La politique de réforme de marché :
Changer la politique de développement de l’État en Afrique du Sud

Shaukat Ansari
 
La transition de l’Afrique du Sud d’un régime d’apartheid, de ségrégation raciale, vers une démocratie libérale, que l’on a qualifié de « double transition » afin de mettre en exergue la dynamique économique derrière la transformation politique, a retenu l’attention d’un grand nombre de chercheurs dans différentes disciplines. La transformation radicale de la position officielle de l’African National Congress - ANC (Congrès national africain) sur la politique de développement de l’état est le sujet qui aura peut-être suscité le plus grand intérêt parmi les spécialistes.


(Re)découper la carte de l’Afrique :
Une critique de l’argument d’un déficit sécessionniste de l’Afrique

Oumar Ba 
 
Le 9 juillet 2011, la République du Sud-Soudan devint un pays indépendant. Ce redécoupage de la carte de l’Afrique ne représenter que l’un des très rares exemples d’un tel évènement cinq décennies après les années d’accès à l’indépendance. Il s’agit également de l’un des très rares exemples en Afrique d’une situation dans laquelle un conflit exprimant un sentiment sécessionniste conduisit à la naissance d’un nouvel état. Des études de plus en plus nombreuses soutiennent que l’Afrique souffre d’un « déficit sécessionniste » et que l’« équilibre fragile des souverainetés » étatiques en Afrique entrave la stabilité et le développement de celle-ci.


Essais

Religion et politique dans les transitions que connaissent les pays arabes

Barah Mikaïl, PhD
 
Les partis islamistes, exclus de la vie politique pendant l’essentiel de la décennie écoulée, sont aujourd’hui propulsés au premier plan de la politique arabe. Les victoires électorales d’Ennahda en Tunisie et des Frères musulmans en Égypte donnent à penser que l’avenir de la vie politique arabe sera dominé par des décideurs dont les programmes politiques sont de nature confessionnelle. Toutefois, le rôle que la religion devrait jouer dans les nouveaux ordres politiques en Tunisie, en Égypte et en Libye, ainsi que la façon dont ce rôle pourrait être formulé en droit et en pratique, continuent de donner lieu à controverses et débats.


Télécharger la revue
 PDF IBook  Nook  Kindle 


Resources

Air University Press Logo
600 Chennault Circle, Bldg 1405, Rm. 171D
Maxwell AFB, AL 36112